Menu

Créations

RAVIE

RAVIE tourne actuellement sous deux formats de création différents :
- une forme performative et légère pour 2 comédiennes, 1 musicien, talc, terre, cordes et fromage de chèvre… adaptable à tous types d’espaces ;
- une forme spectaculaire pour 2 comédiennes, 1 musicien, 5 tapis de danse bicolore, 2 rideaux de théâtre rouge, 4 caissons, 1 ingénieur du son, et 1 créateur lumière… pour plus grands plateaux.

« De quoi avons-nous si peur que nous ayons tant besoin d’être sécurisés ? »

Avec RAVIE, je souhaite mettre en exergue notre façon d’être au monde aujourd’hui, en tant qu’individus. Nos propres enfermements, volontaires ou non, nos peurs, nos désirs, et la violence des échanges qui en résulte. Il est étonnant de constater que plus nous allons vers une société policée, sécurisée, ordonnée, plus la bataille fait rage… Chez l’homme et dans la nature. Comme si l’instinct, l’animal, la bête qui sommeille en nous essayait de prendre le dessus malgré tout.

La chèvre de Mr Seguin est une histoire violente. Rien ne se fait dans la douceur dans cette nouvelle. La maison de Seguin est triste à en mourir, la montagne est imprévisible et ardue, le loup terrible. Quelque soit le choix de Blanquette, il sera violent. Nous le savons dès le début de l’histoire parce que nous comprenons immédiatement que nous serons de toute façon chamboulés par la fin. Quelque chose continuera de nous tourmenter. Le fameux « et si… ». Cette question du choix, de la prise de risque, du non-savoir, à laquelle nous sommes confrontés dès le plus jeune âge et avec laquelle nous nous battons toute une vie.

Je souhaite parler de la peur. Cette peur atroce de la liberté, sa propre liberté. Je souhaite parler de ce monde où l’on nous offre de grandir dans un polissage extrême, avec le poids de menaces perpétuelles au dessus de la tête : celles du chômage longue durée, du travail où l’on finit par se suicider, de l’insécurité permanente, du terrorisme latent, de la maladie que l’on créé, de la révolte d’une nature que l’on essaie de dompter…

Simultanément à l’écriture, j’ai travaillé avec un groupe d’enfants de 9 et 10 ans sur les thèmes développés dans le texte. Je les ai interrogés sur leurs vies, leurs rêves, leurs visions du monde. Et c’est ce mélange de genres, depuis ma vision toute personnelle du monde jusqu’à celle des enfants qui ont donné naissance au texte.

Sur scène, il s’agit de continuer le travail entamé depuis 2010 avec Carne et Neuf petites filles. J’utilise une forme volontairement « performative », c’est à dire qui oblige l’acteur à un jeu exclusivement au présent, en prise directe avec ce qui l’entoure. 2 comédiennes se partagent le plateau, jouant à tour de rôle tous les personnages la pièce, à l’aide de quelques accessoires dispersés sur le plateau (du talc, des cordes, un bonnet…), et orchestrée par la rythmique d’un batteur-percussionniste, Nous travaillons cette fois encore dans une optique chorégraphique. En prenant en compte la globalité de l’espace, scène et salle confondues. Parce que cette histoire nous concerne tous. Nous y participons activement depuis des générations. Nous y sommes totalement intégrés.

DISTRIBUTION
Texte et mise en scène : Sandrine Roche
Avec : Sandrine Roche, Conchita Paz, Gaël Desbois
Musique : Gaël Desbois
Création sonore : Yohann Gabillard
Création lumière : Gweltaz Chauviré
Scénographie : Jean-Pierre Girault
Costumes : Myriam Rault
Intervenant voix : Nassrin Pourhosseini
Intervenants corps : Paola Piccolo et Anne Lenglet
Production / Diffusion : Laurence Edelin
Communication : Isabelle Planche

Production : Association Perspective Nevski*
Co-production : EPPGHV (Parc de la Villette, Paris), Le Grand Logis (Bruz), Le Carré (Cesson-Sévigné), Le Théâtre du Champ au Roy (Guingamp), La Maison du Théâtre (Brest)
Accueil en résidence : Le Grand Logis (Bruz), EPPGHV (Paris), Théâtre du Champ au Roy (Guingamp), Maison du Théâtre (Brest), Théâtre du Cercle (Rennes), Théâtre de la Paillette (Rennes), Maison des Métallos (Paris).
Aide à la production dramatique, Ministère de la Culture et de la Communication, Drac Bretagne.

L’association Perspective Nevski* est en résidence au Théâtre du Cercle à Rennes depuis 2010.
Sandrine Roche est auteure en résidence au Théâtre de La Paillette pour la saison 2013/2014.

Télécharger ICI le dossier artistique de la création

PROCHAINES REPRÉSENTATIONS | 2017
27 et 28 avril 2017 au Théâtre Jean-Bart de Saint-Nazaire

SAISON 2015 - 2016
le 4 juin 2016 au Grand Auditorium de la Médiathèque de Toulouse dans le cadre de Graines de critiques 2015-2016.
les 4, 5, et 6 février en tournée dans l’Orne en partenariat avec la Médiathèque Départementale.

SAISON 2014-2015
Création novembre 2014
Premières du 13 au 15 novembre 2014 à La Maison du Théâtre (Brest)
le 18 novembre 2014 au Théâtre du Champ au Roy (Guingamp)
le 5 février 2015 au Grand Logis (Bruz)
le 9 mai 2015 au Quai des Rêves (Lamballe)
le 29 mai 2015 au Carré-Sévigné (Cesson-Sévigné)

CALENDRIER DE CRÉATION 2014
9-11 février : premières lectures avec les 2 comédiens à La Maison des Métallos (Paris)
17-21 février : travail sur la partition musicale au Théâtre de La Paillette (Rennes) ;
4-12 avril : résidence de travail au Théâtre du Cercle (Rennes) pour une lecture-performée avec l’équipe au plateau.
11 et 12 avril : présentation de 3 lectures-performées au Théâtre du Cercle (Rennes).
1-17 septembre : résidence de 15 jours au Grand Logis (Bruz)
29 septembre-12 octobre : résidence de 15 jours à La Halle aux Cuirs - Parc et Grande Halle de La Villette (Paris)
14-20 octobre : résidence de 7 jours au Théâtre du Champ au Roy (Guingamp)
22 octobre-15 novembre : résidence de 15 jours et premières à La Maison du Théâtre (Brest)




RAVIE RAVIE RAVIE RAVIE RAVIE